Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2016

« Avec mes mots, tirer ma mère de sa tombe. »

 « Avec mes mots, tirer ma mère de sa tombe. »

La voix du poète est toujours unique. C’est la voix qui fait le poème qui dit le mieux le poème. La voix du poème est le souffle du poème. Elle sait la scansion la plus juste, elle est la plus à même de faire entendre le poème derrière et dans le poème. La preuve en est cet enregistrement, bouleversant de simplicité et d’honnêteté, par Charles Juliet de ses propres écrits.

index.jpgSi Lambeaux (P.O.L., 1995) est un « récit », l’écriture au cordeau y est telle que ce n’en est pas moins l’œuvre d’un poète qui s’est affirmé depuis comme un des écrivains essentiels de ces vingt dernières années. Te rejoindre (L’Atelier des Grames, 2002, rééd. 2015) est un court recueil de poèmes et Moisson (P.O.L., 2012) un choix de textes, poèmes et proses, fait par l’auteur lui-même dans ses inédits.

À 82 ans, Charles Juliet, Prix Goncourt de la Poésie 2013, revient, comme obsessionnellement, 22 ans après sa première publication, à Lambeaux, le texte dans lequel il dit le calvaire qu’a vécu sa mère « disparue dès les premiers jours de (son) existence ».Les mots sont là, simples, sans décorum, sans pathos, presque mécaniques. Les phrases sont simples, en réalité ciselées, coupantes comme rasoir. La mère pas connue mais pas inconnue est un TU qu’il se refuse à taire. Dans la voix transparaît sans effet la douleur et la nécessité de dire. Confidente mais pas murmurée, parce que le silence ne sied pas à cette douleur, elle sollicite notre écoute. Et l’on reste sans voix à l’écoute de celui qui était « seul à entendre sa voix ».

« Souffle-moi les mots dont j’ai besoin pour te ressusciter » dit le poète dans Te rejoindre qui suit à l’écoute comme à la publication Lambeaux et qui d’une certaine manière explicite l’écriture du récit. Le poète y dit le long cheminement qui l’a conduit à écrire enfin cette vie qui n’en fut pas une, cette douleur qu’il fait sienne.

Trois textes liés à Lambeaux et extraits de Moisson complètent ce choix dont un consacré à Anne de Boissy qui a porté Lambeaux sur scène.

Jacques Fournier

de l’Académie Charles Cros

 

Juliet - te rejoindre -livre-audio.jpg

 

 

Te Rejoindre, de et par Charles Juliet, éditions des femmes, 2016

Grand Prix 2016 de l’Académie Charles Cros,

commission Parole enregistrée

 

 

 

 

Le mercredi 11 janvier, 19h00, Charles Juliet présentera Te rejoindre à la Maison de la Poésie de Paris, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, Paris 3e. Infos et réservations : 01 44 54 53 00 (du mardi au samedi de 15h à 18h).

Visuel C. Juliet.png

Les commentaires sont fermés.