Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2012

Touché par la grâce

Harvey ; ACC     Le compositeur Jonathan Harvey (*1939) est décédé mardi 4 décembre. Il avait reçu en 2009 la plus prestigieuse distinction de l’Académie Charles Cros,  le Prix du Président de la République pour l’ensemble de son œuvre, à l’occasion de la parution en 2009 de l’intégrale de ses quatuors et trio à cordes interprétés par le Quatuor Arditti chez le label AEON (AE0975). Il parlait un français parfait avec un léger accent qui colorait le velouté de sa voix, toujours à l’écoute de son interlocuteur, il fut un immense pédagogue. C’est en 1980, lors de la création de Mortuos plango, vivos voco (1980) pour sons concrets traités par ordinateur qu’il s’imposa comme un compositeur maîtrisant musicalement la synthèse via l’ordinateur. Chacun perçut celle-ci comme un chef-d’œuvre à l’égale du Gesang der Jünglinge de Karlheinz Stockhausen.

        On peut rattacher Jonathan Harvey à l’école spectrale pour sa conception du son comme entité première de l’acte de composition. Bakti pour ensemble et électronique l’imposa comme une figure tutélaire de la musique contemporaine. Composée en 1982, c’est une commande de l’Ensemble Intercontemporain. Ses dernières œuvres ont été composées pour le Festival Agora de l’Ircam, son Wagner Dream (Cyprés records CYP5624), son Quatrième quatuor à cordes avec électronique et son Speaking pour orchestre et électronique, édité également en 2010 par le label AEON (AECD1090) que l’on a pu réentendre en septembre dernier à la Salle Pleyel. Jonathan Harvey était un très grand compositeur mais c’était aussi un homme d’une très grande noblesse d’âme et de cœur.

 

Omer Corlaix

 

00:25 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : harvey